Améliorer le système de recherche en neuroscience grâce à des collaborations stratégiques

Les troubles cérébraux touchent un Ontarien sur trois, et le coût direct pour la province dépasse les quatre milliards de dollars chaque année. Les coûts indirects du travail manqué et les coûts émotionnels pour les familles sont incalculables et font en sorte qu’il est urgent de s’attaquer à la question de la santé cérébrale au moyen de l’innovation et de la recherche translationnelle qui peuvent améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec des troubles cérébraux. Continuer la lecture « Améliorer le système de recherche en neuroscience grâce à des collaborations stratégiques &rquo;

Établir un lien entre la recherche et la communauté

L’Institut ontarien du cerveau (IOC) estime qu’il est essentiel d’établir un lien entre ses programmes de recherche et les patients et leurs défenseurs pour avoir des programmes pertinents et à incidence élevée.

L’IOC a travaillé avec chacun de ses programmes de découverte intégrée pour former cinq comités des patients composés de conseillers provenant de divers organismes de bienfaisance en santé neurologique (p. ex., la Société Alzheimer de l’Ontario ou Autisme Ontario), de chercheurs, d’aidants et de patients. L’objectif de ces comités est de faire en sorte que le point de vue des patients soit pris en compte dans nos programmes de découverte intégrée, de promouvoir le partage de connaissances entre les patients, les défenseurs, les aidants et les chercheurs, de discuter des principaux enjeux pour les patients et d’établir des liens entre la recherche et leurs communautés plus rapidement. Continuer la lecture « Établir un lien entre la recherche et la communauté &rquo;

Brain-CODE offre un premier accès aux données ouvertes

L’Ontario possède l’une des plus fortes concentrations de chercheurs sur le cerveau dans le monde. Mais les chercheurs de cette communauté travaillaient généralement de manière isolée et n’avaient pas tendance à partager des idées ou des données. Les programmes de découverte intégrée de l’Institut ontarien du cerveau (IOC) ont changé cette situation et réuni de grands groupes de chercheurs pour mieux comprendre et traiter les troubles cérébraux. Cette approche collaborative a mené à l’idée de normaliser les données et de les héberger dans un espace commun où elles sont organisées, analysées et partagées. Cela fait en sorte que les données sont recueillies de la même manière, ce qui facilite le partage et accroît le rythme des découvertes. Continuer la lecture « Brain-CODE offre un premier accès aux données ouvertes &rquo;

Former les talents entrepreneuriaux pour générer des retombées positives en matière de santé

L’Ontario possède l’une des plus fortes concentrations de neuroscientifiques au monde, ce qui crée la possibilité d’une industrie florissante basée sur le développement des neurotechnologies pour traiter les troubles cérébraux. Cependant, une étude sur la capacité de l’Ontario de développer une grappe de neurotechnologie a révélé deux obstacles : un manque d’accès aux capitaux et un nombre insuffisant de talents en gestion. Continuer la lecture « Former les talents entrepreneuriaux pour générer des retombées positives en matière de santé &rquo;

Développer le talent entrepreneurial de l’Ontario

Mark a commencé à remarquer que des tremblements avaient une incidence importante sur la qualité de vie de sa grand-mère. Elle avait de la difficulté à effectuer des tâches routinières, comme verser du café sans en renverser. Les préoccupations de Mark pour sa grand-mère l’ont motivé à trouver une solution à ses tremblements. En appliquant des concepts appris lorsqu’il était étudiant en génie civil, il a commencé à créer un gant léger qui stabilise le poignet de façon adaptative pour réduire l’impact des tremblements. C’est ainsi que Steadiwear a vu le jour. Continuer la lecture « Développer le talent entrepreneurial de l’Ontario &rquo;

Édifier les bases des réseaux pour améliorer les impacts sur la santé

Depuis la création de l’Institut ontarien du cerveau (IOC) en 2010, nous poursuivons une mission unique : améliorer la vie de plus d’un million d’Ontariens et d’Ontariennes vivant avec un trouble cérébral.

Le travail de l’IOC met l’accent sur trois domaines clés : la participation des patients à la recherche, l’intégration des données probantes dans la pratique et la promotion d’une culture d’évaluation. Grâce à ces efforts, nous travaillons avec des communautés et des organismes pour produire un impact sur la santé plus important que ce que nous pourrions générer de manière indépendante. Des exemples concrets de chacun des trois domaines aident à comprendre le raisonnement sur lequel repose notre approche et les résultats que celle-ci a permis d’atteindre jusqu’à maintenant. Continuer la lecture « Édifier les bases des réseaux pour améliorer les impacts sur la santé &rquo;

Promouvoir le bien-être et la résilience dans les collectivités

Au Canada, le suicide représente 24 % de tous les décès chez les 15 à 24 ans. Chez les jeunes des Premières Nations, le taux de suicide est de cinq à sept fois plus élevé que chez les jeunes non autochtones. Bien que le taux de suicide dans chaque collectivité des Premières Nations soit différent, ces chiffres demeurent beaucoup trop élevés, ce qui a inévitablement des effets dévastateurs sur le bien-être général de plusieurs collectivités étroitement liées. Continuer la lecture « Promouvoir le bien-être et la résilience dans les collectivités &rquo;