Les mégadonnées: qu’est-ce que ça signifie pour votre santé?

Les mégadonnées ont une signification différente pour chacun, mais la plupart s’entendent pour dire qu’une plus grande quantité de données nous procure de meilleures informations, ce qui nous permet de prendre de meilleures décisions. Prenons l’exemple de Netflix. Ils collectent énormément de données sur nos habitudes de visionnement, puis ils les utilisent pour faire des recommandations personnalisées, mettre au point du nouveau contenu et améliorer l’expérience utilisateur. Les soins de santé n’ont rien en commun avec Netflix, mais pouvons-nous emprunter l’approche de cette entreprise pour nous assurer que les données sont utilisées de façon plus efficace et qu’elles améliorent l’expérience des gens? D’abord, nous devons repenser la façon dont nous collectons et utilisons les données de recherche. C’est pourquoi l’Institut ontarien du cerveau et ses partenaires ont mis au point la plateforme de données Brain-CODE.

Continuer la lecture « Les mégadonnées: qu’est-ce que ça signifie pour votre santé? &rquo;

Brain-CODE — Un moteur pour la collaboration

L’Institut ontarien du cerveau (IOC) établit des collaborations entre des neuroscientifiques ontariens pour qu’ils puissent combiner leurs différentes expertises et ressources afin de mieux comprendre les troubles cérébraux et transformer ces découvertes en nouveaux outils et traitements. Continuer la lecture « Brain-CODE — Un moteur pour la collaboration &rquo;

Brain-CODE offre un premier accès aux données ouvertes

L’Ontario possède l’une des plus fortes concentrations de chercheurs sur le cerveau dans le monde. Mais les chercheurs de cette communauté travaillaient généralement de manière isolée et n’avaient pas tendance à partager des idées ou des données. Les programmes de découverte intégrée de l’Institut ontarien du cerveau (IOC) ont changé cette situation et réuni de grands groupes de chercheurs pour mieux comprendre et traiter les troubles cérébraux. Cette approche collaborative a mené à l’idée de normaliser les données et de les héberger dans un espace commun où elles sont organisées, analysées et partagées. Cela fait en sorte que les données sont recueillies de la même manière, ce qui facilite le partage et accroît le rythme des découvertes. Continuer la lecture « Brain-CODE offre un premier accès aux données ouvertes &rquo;

Partager les données pour une science améliorée et plus efficace

Par : Teige Bourke, stagiaire, diffusion, Institut ontarien du cerveau

Les troubles cérébraux ne sont pas simples. Des maladies comme la dépression sont le résultat d’une interaction complexe entre les expériences de vie et la biologie d’une personne. Comprendre les mécanismes sous-jacents nécessite beaucoup d’informations qui peuvent uniquement être obtenues dans le cadre d’une recherche utilisant plusieurs techniques différentes avec des groupes de personnes nombreux. Continuer la lecture « Partager les données pour une science améliorée et plus efficace &rquo;

Les principes de l’accélération de la recherche collective

Par Suzanna Stevanoski, stagiaire de l’IOC, opérations

Le partage de données à grande échelle exige la création d’un système hautement sophistiqué qui permet à plusieurs chercheurs de connecter, gérer, protéger et standardiser les données. Continuer la lecture « Les principes de l’accélération de la recherche collective &rquo;

Les couplages de données internationaux ouvrent de nouvelles possibilités dans la recherche sur l’autisme

L’IOC catalyse l’impact de la recherche cérébrale ontarienne en augmentant la collaboration entre les chercheurs, les médecins, les patients et leurs groupes de défense, ainsi que les partenaires de l’industrie. Un ingrédient clé de cette collaboration est bien entendu le partage. À l’IOC, le partage de grandes quantités de données forme la pierre angulaire d’une collaboration effective en matière de recherche. Pour qu’elles soient partagées efficacement, les données doivent être stockées à un endroit où elles peuvent être consultées et analysées collectivement. Continuer la lecture « Les couplages de données internationaux ouvrent de nouvelles possibilités dans la recherche sur l’autisme &rquo;

Rejoindre les discussions mondiales sur le partage des données

L’Institut ontarien du cerveau a comme objectif d’améliorer la santé cérébrale et les données de recherche forment l’un des éléments de base pour y parvenir. Ces dernières sont des actifs de valeur, car elles peuvent être partagées, analysées et réutilisées de différentes façons afin de soutenir de nouvelles découvertes et de réduire la perte de ressources. Un moyen de recycler des données et de découvrir de nouvelles choses consiste à lier des données régulièrement recueillies sur la santé d’une population, les données « générales », à des données de recherche « spécialisées » (par ex. : imagerie, génétique, etc.). Afin de tirer le maximum de ce processus, l’IOC a mis sur pied plusieurs initiatives, y compris une plateforme informatique, un atelier international et des stages, en lien avec les nouvelles façons de relier et de partager les données. Continuer la lecture « Rejoindre les discussions mondiales sur le partage des données &rquo;