Le cerveau – la vérité de l’Ontario

Une lumière scintille au-dessus de fils mêlés qui semblent animés de vie, créant brièvement l’illusion de l’électricité qui circule.

Ceci est la première chose que vous voyez quand vous visitez l’exposition Le cerveau – toute la vérité du Centre des sciences de l’Ontario. Cette métaphore nous rappelle que le cerveau travaille constamment, envoyant des signaux dans des fibres nerveuses nommées axones qui relient 86 milliards de neurones, ce qui produit tout ce que vous pensez, ressentez et faites. Il est véritablement remarquable que le cerveau en fasse autant, et cette exposition porte un regard approfondi sur la façon dont le cerveau perçoit, ressent, pense et vieillit, ainsi que sur les technologies émergentes ou existantes qui changeront nos cerveaux au cours du XXIe siècle.

Mais que se passe-t-il si le cerveau ne fonctionne pas comme il le devrait?

À titre de responsable des connaissances de l’exposition Le cerveau – toute la vérité du CSO, l’Institut ontarien du cerveau a eu l’occasion de faire de la sensibilisation sur les troubles, la recherche et la santé du cerveau. L’objectif consistait à mettre en lumière le travail exceptionnel de la communauté ontarienne de la santé du cerveau : les chercheurs, les cliniciens, les entreprises de neurotechnologie, les groupes de patients et les organismes sans but lucratif qui financent et promeuvent la recherche sur le cerveau et la santé cérébrale, ou qui offrent des services aux gens et au personnel soignant des personnes aux prises avec des troubles du cerveau.

L’IOC a eu l’occasion de raconter la vérité de l’Ontario.

Dans le cadre d’un partenariat de cinq mois de novembre 2014 à mars 2015, l’IOC et le CSO ont travaillé afin d’accroître la visibilité de la communauté neuroscientifique de l’Ontario en créant de nouvelles occasions de partager des idées et des connaissances ainsi que de présenter cette communauté à un plus grand public.

En collaboration étroite avec le CSO, plusieurs programmes ont été élaborés pendant toute la durée du partenariat, dont des expositions de fin de semaine, des événements éducatifs et des conversations sur Facebook.

Expositions de fin de semaine

Trois expositions d’une fin de semaine ont eu lieu au Centre des sciences de l’Ontario. Chaque événement tournait autour d’un aspect de la recherche neuroscientifique qui peut, maintenant et dans le futur, avoir une incidence sur le public.

Le premier événement, nommé « Brain Games », a eu lieu lors de la fin de semaine des 6 et 7 décembre. Il présentait une technologie interactive agissant comme point de rencontre du corps et du cerveau. Les visiteurs pouvaient faire l’expérience des tout derniers développements ayant lieu en Ontario et apprendre comment la neuroscience révolutionne l’expérience de jeu à des fins de divertissement, de santé, d’éducation et de bien-être.

Des visiteurs attendent pour jouer à des jeux de réalité virtuelle créés afin d’aider les enfants handicapés à devenir plus actifs. Botley’s Boodle Bash a été conçu par Dre Elaine Biddiss, chercheuse du laboratoire PEARL de l’institut de recherche Bloorview affilié à l’hôpital de réadaptation pour enfants Holland-Bloorview.

Pédalez vers la victoire avec Exerbike, un jeu créé pour aider les enfants atteints de paralysie cérébrale à devenir plus actifs physiquement et à améliorer leur vie sociale. Cette plateforme de jeu a été mise au point grâce à la collaboration entre Dre Darcy Fehlings de l’institut de recherche Bloorview affilié à l’hôpital de réadaptation pour enfants Holland-Bloorview et Dr Nicholas Graham du laboratoire EQUIS de l’université Queen’s. NeuroDevNet a tourné une vidéo qui montre le fonctionnement de la plateforme.

Lors de la fin de semaine des 17 et 18 janvier, « Brain Fest » a invité les visiteurs du CSO à rencontrer divers groupes de la communauté neuroscientifique de l’Ontario, y compris des chercheurs et des cliniciens, des représentants des patients et des groupes de soutien, ainsi que des organismes de recherche sans but lucratif qui financent et promeuvent la neuroscience et la santé du cerveau.

Des affiches éducatives qui répondent à la question : que sont les troubles cérébraux? L’information présentait cinq programmes de recherche financés par l’IOC sur l’épilepsie, la paralysie cérébrale, les troubles de neurodéveloppement, la dépression et les maladies neurodégénératives.

Faire l’expérience de la vie avec un trouble du cerveau grâce aux organismes caritatifs neurologiques du Canada.

Connaître l’épilepsie et les services de soutien aux épileptiques grâce à Épilepsie Ontario et Epilepsy Durham.

Dr Jason Lerch de l’hôpital pour enfants malades discute de la recherche actuelle sur les troubles de neurodéveloppement tels que les troubles du spectre autistique et le TDAH.

« Tech Talks » s’est déroulée les 7 et 8 février. Elle présentait plusieurs technologies qui contribuent à la recherche sur le cerveau et améliorent la vie quotidienne, et les visiteurs ont pu rencontrer des entrepreneurs ontariens pour apprendre comment ils ont commercialisé la neurotechnologie de leur laboratoire.

Stephanie Chow de l’institut de recherche Bloorview affilié à l’hôpital de réadaptation pour enfants Holland-Bloorview fait la démonstration d’un outil interactif créé afin d’aider les enfants à évaluer et à contrôler leur niveau d’anxiété.

Événements éducatifs

La neuroscience peut être dense et compliquée. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il doit en être autant des conversations à son sujet. Grâce au CSO, l’IOC a organisé Café Scientifique, une série de discussions ouvertes au public dont l’idée de base est qu’un panel d’experts, lorsqu’il présente un sujet complexe de façon adéquate, peut parler de neuroscience en profondeur et s’assurer que les auditeurs suivent la discussion et y participent. Le thème de ces événements était « Votre cerveau sur… ». Les conférenciers et les salles ont été choisis en fonction des trois discussions sur la musique, la nourriture et l’exercice afin de créer une atmosphère intéressante et propice aux discussions.

Dre Laura Middleton de l’université de Waterloo explique comment l’exercice peut aider à protéger votre cerveau des maladies neurodégénératives.

En plus d’un engagement avec la communauté locale, ce partenariat a également créé une occasion de rejoindre des communautés qui autrement n’auraient pu voir l’exposition. L’IOC et le CSO ont organisé un voyage scolaire pour plus de 30 élèves du secondaire des Premières nations afin qu’ils visitent le CSO et IBM Canada, et pour leur présenter des occasions éducatives et occupationnelles qui pourraient ne pas être apparentes au sein de leurs communautés. Les enseignants des élèves ont assisté à une séance avec « Let’s Talk Science » afin d’apprendre de nouvelles façons d’introduire les sciences dans la salle de classe.

Des élèves et des enseignants se font photographier à l’extérieur de l’exposition Le cerveau – toute la vérité en compagnie de l’honorable David Zimmer, ministère des Affaires autochtones; Patrick Madahbee, grand chef du Grand ‎Conseil de la Union of Ontario Indians; Dr Maurice Bitran, PDG du CSO; et Dr Don Stuss, président et directeur scientifique de l’IOC.

Conversations sur Facebook

L’un des avantages des partenariats consiste à augmenter la portée d’une organisation. À l’aide d’une série de discussions sur les troubles cérébraux sur Facebook, l’IOC a pu rassembler les chercheurs, les cliniciens et les représentants des patients pour les présenter à un vaste public de personnes intéressées ou touchées par le sujet. Trois conversations ont eu lieu au sujet des commotions cérébrales, de la démence et de l’épilepsie.


Cliquez ici pour lire l’archive des conversations sur Facebook.

Toute bonne chose doit avoir une fin 

La plus grande réussite de l’IOC a été d’avoir eu l’occasion de raconter son histoire et de montrer la portée et l’ampleur du travail de la communauté neuroscientifique de l’Ontario. Ainsi, l’IOC aimerait remercier le CSO et son personnel compétent pour son ouverture d’esprit et sa collaboration au cours des cinq derniers mois, ainsi que les chercheurs, les entreprises et les groupes de défense qui ont donné leur temps pour leur présence au CSO et contribué au succès de ces événements.

Retournez au bulletin

Commentaires