Message du docteur Tom Mikkelsen, président et directeur scientifique de l’IOC

La recherche scientifique au 21e siècle est remarquablement différente de celle d’une époque antérieure. Cela est particulièrement vrai dans le cas de la recherche sur le cerveau.

La complexité des troubles cérébraux pose un défi unique, contrairement à ceux rencontrés précédemment. Ce défi étant d’enquêter sur les troubles du cerveau, tout en essayant de comprendre en même temps comment le cerveau fonctionne.  Avec le sentiment d’urgence créé par l’augmentation du nombre de personnes vivant avec des troubles cérébraux, l’ampleur du défi grandit.

Mais nous avons des raisons d’être optimiste.

Les progrès de la technologie biomédicale, en particulier la scanographie du cerveau et les techniques de séquençage génomique modernes, nous permettent de regarder le cerveau en profondeur et d’étudier l’influence de notre identité génétique sur celui-ci. Grace à ces technologies, nous sommes maintenant en mesure de recueillir une abondance de données. Nous bénéficions d’une augmentation massive, non seulement de la quantité de données générées, mais aussi de la complexité de ces données. Il y a un fort potentiel pour que ces données génèrent ensuite de nouvelles connaissances sur la santé et les maladies du cerveau, qu’elles stimulent de nouvelles recherches et produisent  une meilleure santé pour tous.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’Institut Ontarien du Cerveau (l’IOC) et les autres organisations qui financent et soutiennent la recherche?

Pour l’IOC, se créée l’opportunité d’observer ce changement et redéfinir notre approche vers la recherche sur le cerveau en Ontario. L’IOC n’a pas simplement été mis en place pour financer plus de recherche. Nous nous sommes mis au défi, avec nos partenaires, de nous lancer dans une direction différente pour améliorer l’innovation et la recherche sur le cerveau. Dans ce bulletin, je suis heureux de partager quelques exemples qui démontrent  la façon dont nous aidons l’Ontario à naviguer ce paysage changeant. Ces exemples illustrent comment, ensemble, nous abordons la nécessité de collaboration entre les chercheurs, la recherche axée sur le patient, la commercialisation de cette recherche ainsi que la participation du public en cours de route.

Grace aux progrès dans notre capacité à mesurer le cerveau, il y a des montagnes de données qui sont générées. Il est impossible pour un seul chercheur d’avoir l’expertise ou la capacité à analyser tout cela. Par conséquent, nous assistons à une transition d’une époque de recherche menée par un chercheur unique à une période de recherche en équipe qui est accélérée par des collaborations. Brain-CODE, la base de données centrale de l’IOC, a été conçue spécialement dans ce but. Lisez les façons dont Brain-CODE est utilisé pour faciliter la collaboration et comment elle a créé des gains d’efficacité et des avantages pour les chercheurs dans le réseau de l’IOC. Le potentiel d’impacts majeurs sur l’étude et la gestion des troubles neurologiques grâce à ces ressources est sans précédent.

Les troubles cérébraux sont des affections complexes, chroniques et répandues. Associés aux défis qu’ils posent aux individus, cela crée une énorme demande pour plus de recherches sur notre compréhension des troubles cérébraux, et ce dans l’espoir d’améliorer les soins médicaux. Nous écoutons les voix des patients, les familles et les avocats qui demandent de nouveaux traitements et formes de soutien. En réponse, nous nous assurons que certains des chercheurs du cerveau les plus brillants de l’Ontario concentrent leur attention sur la recherche qui permettra de répondre à ces besoins en impliquant les patients comme partenaires dans le processus. Consultez les mises à jour de nos Programmes de découverte intégrés au cours des derniers mois et découvrez leurs progrès vers le développement de meilleurs traitements et de soins pour les communautés de patients qui y participent. De plus, vous pouvez lire comment l’IOC et la Fondation ontarienne de neurotraumatologie travaillent ensemble pour relier les forces de la recherche sur les commotions cérébrales en Ontario.

Un des résultats de cette recherche transversale est le développement de nouveaux produits pour aider à prévenir ou traiter les troubles cérébraux. Nous encourageons cela en aidant à développer la prochaine génération d’entrepreneurs, d’ingénieurs et de chercheurs formant de nouvelles entreprises qui transforment la recherche en thérapies nouvelles. Nous les aidons à commercialiser leurs bonnes idées et à les convertir en produits viables. Lisez à propos de la nouvelle classe de OBI ONtrepreneurs et les résultats des récents défis des argumentaires des ONtrepreneurs.

Aucun de nos travaux ne se fait en isolation. Nous apprécions l’intérêt croissant manifesté par le public pour la recherche sur le cerveau et nous voulons partager cette information avec notre public. Apprenez-en davantage sur notre série de conférences publiques de l’IOC, une façon d’engager le public dans la recherche et d’aider les connaissances qui viennent de notre réseau à s’étendre au-delà du milieu scientifique.

Grâce à ces efforts visant à relever les défis décrits ci-dessus, nous espérons façonner un rôle important pour  l’Ontario parmi les efforts mondiaux visant à améliorer le traitement et la santé pour ceux qui vivent avec des troubles cérébraux.

Nous vous remercions de votre soutient durant ce changement d’envergure, ,et pour nous aider à écrire le prochain chapitre au sujet de la recherche sur le cerveau.