Message du président

Donald Stuss

Comprendre qui nous sommes, décider comment nous comporter, ressentir l’amour et rire — le cerveau est la clé de ces comportements. La région cérébrale liée à ces fonctions est sans aucun doute celle des lobes frontaux, c’est-à-dire la région du cerveau la plus étroitement liée à ces fonctions supérieures.

Vous réfléchissez avant de parler? Vos lobes frontaux ajustent eux-mêmes vos réactions émotionnelles. Vous avez soudain envie de vous lever et de danser? Vos lobes frontaux sont la source de cette activation. Vous vous demandez si vous avez vraiment besoin de manger ce deuxième morceau de gâteau? Cette pensée, ou métacognition, se produit au niveau des lobes frontaux. Il existe également une quatrième fonction importante: la fonction exécutive qui permet d’établir les tâches et de les surveiller et qui aide à assurer notre succès en tant que personnes.

Quelle est la raison pour laquelle j’écris au sujet de ma propre recherche dans un bulletin de l’IOC? Ayant passé 35 ans de ma carrière à faire des recherches sur les lobes frontaux et à les expliquer, je trouve souvent pratique d’évaluer le travail de l’IOC du point de vue de la fonction exécutive des lobes frontaux. Voici donc, du point de vue du directeur « exécutif » de l’IOC, comment je vois les choses.

Nous en sommes à la moitié de la deuxième année de notre deuxième mandant (cinq ans) et nous entamons une période de réflexion et de planification. Nous pouvons commencer à déterminer le succès des initiatives précédentes et à évaluer les résultats du système que nous avons mis en place.

Le système d’innovation au centre de nos programmes de recherche est maintenant en vigueur depuis trois ans et demi. Ces collaborations permettent de lier les forces des chercheurs, des cliniciens, de l’industrie et des groupes de défenses des droits des patients pour qu’ils puissent axer leurs efforts collectifs sur l’objectif commun d’améliorer la vie des personnes qui souffrent de troubles cérébraux.

Un exemple dont nous sommes particulièrement fiers est l’achèvement de 12 projets qui ont permis d’établir des liens entre l’industrie et le milieu universitaire grâce à notre partenariat avec l’Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario. Renseignez-vous sur les nouvelles neurotechnologies qui ont été développées et sur la façon dont elles sont positionnées pour avoir un effet positif sur la vie des patients.

Un autre exemple est le progrès réalisé grâce à nos Programmes de découverte intégrée. Les résultats de ces programmes de recherche peuvent être mesurés de nombreuses façons, notamment au moyen des publications d’ouvrages de recherche, des prix accordés aux chercheurs, des initiatives de financement et des divers événements. Quelques succès de chacun des cinq Programmes de découverte intégrée sont présentés ici.

Un troisième exemple est le fait de lier la recherche aux patients en créant une communauté parmi les personnes et les familles qui participent aux Programmes de découverte intégrée. Le réseau Province of Ontario Neurodevelopmental Disorder Network (POND) a récemment organisé une journée familiale afin que les chercheurs rencontrent les participants. Vous pouvez en apprendre davantage ici.

C’est avec fierté que je songe à nos réalisations des premières années de notre système et j’admire l’esprit de collaboration qui crée ces résultats. Il y a toutefois encore beaucoup à faire et nous demeurons axés sur les nouvelles possibilités futures alors que nous commençons à déterminer les tâches pour les trois prochaines années.

Nous sommes notamment très emballés par le partenariat à venir avec le Centre des sciences de l’Ontario. Il s’agit d’une importante nouvelle initiative pour nous. Elle nous permet d’ailleurs de joindre un vaste auditoire varié afin de sensibiliser les gens à l’importance des troubles cérébraux et de souligner l’excellent travail de nos partenaires, afin d’améliorer la vie des personnes qui vivent avec des troubles cérébraux. Lisez-en davantage sur ce que nous planifions ici.

De plus, nous venons tout juste de tenir un atelier international axé sur l’utilisation de mégadonnées, tout particulièrement de données « profondes » (recherche) et « vastes » (données administratives sur la santé et autres données), pour faire progresser le diagnostic, le traitement et les soins des personnes souffrant de démence. Cet atelier jette les bases pour que l’Ontario joue un rôle important dans le mouvement mondial visant à combattre la démence. Lisez-en davantage sur la raison pour laquelle l’Ontario est en position unique d’influencer la situation et sur le rôle que l’IOC jouera dans le cadre de cette initiative.

D’après moi, nous sommes sur la bonne voie. Les tâches ont été déterminées et achevées et nous continuerons à surveiller nos résultats pour nous assurer que nous fonctionnons selon le niveau d’excellence que nous avons établi pour nous-mêmes. En continuant de cette façon avec nos partenaires, nous espérons collectivement aider les personnes qui vivent avec des troubles cérébraux et avoir un impact positif sur l’économie de l’Ontario.

Retourner au bulletin

Commentaires