Combler les lacunes du secteur neurotechnologique ontarien avec des fantômes

Imaginez que vous soupçonnez que votre patient est atteint d’un traumatisme cérébral. Imaginez maintenant que vous pouvez avoir un aperçu non invasif de son cerveau afin d’évaluer ses blessures et de choisir un traitement. L’entreprise ontarienne Tessonics Inc. a mis au point un appareil qui pourrait vous permettre de le faire, mais le prochain défi consiste à bien calibrer le dispositif afin d’assurer la fiabilité et la constance des mesures. Voici l’objectif principal du partenariat entre Adrian Wydra et Dr Roman Maev de Tessonics Inc., qui permettrait à deux entreprises de stimuler l’innovation dans le domaine des neurosciences de l’Ontario.

La collaboration a pris naissance à l’université de Windsor quand Adrian Wydra s’y est inscrit pour entreprendre une maîtrise en physique. Il était déjà titulaire d’une maîtrise en génie biomédical de l’université technologique de Wroclaw où il utilisait ses connaissances en physique, en biologie et en chimie afin de faire progresser la recherche sur les tissus artificiels. Son choix s’est arrêté sur Windsor en raison du travail de l’un de ses professeurs distingués, Dr Roman Maev. Ce dernier a fondé, en partenariat avec DaimlerChrysler, Tessonics Inc., une entreprise qui au départ comblait les besoins de l’industrie automobile en créant des appareils pour mesurer la solidité et la sécurité des soudures d’acier.

Tessonics Inc. a stratégiquement commencé à se détourner de la fabrication industrielle au profit de la neuroscience, s’intégrant ainsi dans la communauté neuroscientifique en croissance de l’Ontario. Avec le soutien de l’Institut ontarien du cerveau et de l’Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario, Dr Maev a travaillé avec ses collègues du département de la physique, Dr Elena Maeva et son équipe, dans le but de modifier la fonction de son produit. Ils ont créé un nouvel appareil portatif d’imagerie cérébrale nommé Emergency Transcranial Ultrasonic Imaging System (ETUIS). Il utilise des ondes sonores pour tracer la structure cérébrale d’une personne et a le potentiel de sauver des vies.

L’ETUIS portatif permet de détecter les structures cérébrales compromises, dont les traumatismes crâniens, avec rapidité et exactitude. En utilisant des ultrasons, l’ETUIS peut différencier les tissus cérébraux sains et endommagés, d’une façon semblable à la technologie originale de Tessonic qui décelait les points faibles et vérifiait la qualité générale des soudures d’acier pour les autos. L’ETUIS peut également détecter les corps étrangers dans le cerveau, déterminer leur taille, leur emplacement et leur profondeur, mais pour qu’il fonctionne correctement, il doit régulièrement être calibré avec précision. Adrian a pallié ce problème en créant des modèles synthétiques, des « fantômes », de cerveau. Les fantômes sont des modèles de tissus ou d’organes humains qui peuvent être utilisés à plusieurs fins, y compris la formation des étudiants en médecine, la planification d’une neurochirurgie et, dans ce cas-ci, la mise au point d’appareils d’imagerie. Le temps qu’Adrian a passé à Windsor avec Dr Maev et son équipe a été consacré à l’élaboration de fantômes ultrasensibles afin de mettre ces nouvelles technologies d’imagerie à l’essai.

Les fantômes du cerveau et du crâne ne sont pas exactement pareils aux vrais organes, mais ils en constituent néanmoins d’excellentes copies. Conçus avec différents types de plastique et d’autres matériaux synthétiques, les fantômes imitent les caractéristiques physiques respectives des tissus humains, dont les vaisseaux sanguins, les anévrismes et même les corps étrangers statiques, afin qu’ils puissent être adaptés en fonction de projets particuliers de calibrage d’appareils et de pratique de chirurgie pour un cas médical rare.

Grâce aux liens entre l’IOC et l’Institute for Diagnostic Imaging Research dirigé par Dr Maev, Adrian a suivi le programme pour entrepreneurs de l’IOC afin de faire passer ses fantômes à l’étape suivante de mise au point. Gagnant du concours d’entrepreneurs 2014-2015, Adrian a fondé True Phantom Solutions inc., qu’il dirige avec Dr Roman Maev et Joe Udzbinac. La jeune entreprise née en novembre 2014 propose maintenant des produits aux développeurs d’imagerie, aux hôpitaux, aux universités et aux cliniques de la province et du monde, y compris des institutions prestigieuses telles que l’hôpital pour les enfants malades, la clinique Mayo et l’Institut Langevin.

La croissance de True Phantom Solutions et de Tessonics Inc. démontre que les entreprises ontariennes travaillent ensemble pour favoriser l’essor du secteur des neurosciences de la province, ce qui contribuera à l’avancement de la technologie sur la santé cérébrale et stimulera l’économie de l’Ontario.

Retournez au bulletin

Commentaires