Votre santé cérébrale : allions le geste à la parole

En favorisant la sensibilisation en matière de cerveau en Ontario, l’IOC aide les gens à prendre en main leur propre santé cérébrale. Avez-vous besoin d’inspiration? Des membres du personnel de l’IOC vous parlent de leurs propres astuces de santé du cerveau.

Il existe une foule de choses à faire au profit du cerveau. Gérer le stress, dormir suffisamment, bien manger, faire différents exercices mentaux— tous des moyens de favoriser votre santé cérébrale.

Il s’avère aussi qu’une activité physique régulière joue aussi un rôle essentiel au même égard, en plus de nous permettre de vivre plus longtemps et plus sainement. L’activité physique est évidemment avantageuse pour le bien-être de votre corps, mais une abondance de preuves laisse croire que ses avantages sont tout aussi manifestes pour le cerveau. Par exemple, un récent rapport de l’IOC porte à penser qu’une activité physique régulière peut porter un important impact pour réduire le risque de contracter la maladie d’Alzheimer. De plus, une activité physique régulière peut aussi rehausser la qualité de vie des personnes qui ont déjà reçu ce diagnostic, et même soulager leur dépression.

La réalité est que l’exercice et l’activité physique dans leur ensemble sont probablement la solution à notre disposition qui se rapproche le plus d’un « remède miracle ». Cette solution fonctionne de façon efficace pour toute une gamme de maladies et agit aussi comme une excellente mesure de prévention. Et elle est gratuite !

Ceci étant dit, un vaste nombre de Canadiens et de Canadiennes manquent de se conformer auxdirectives canadiennes en matière d’activité physique, qui préconisent au moins 150 minutes d’exercice modéré à vigoureux par semaine.

L’une des principales raisons? Le temps – ou plutôt le manque de temps. Nos journées sont déjà surchargées de tâches demandant peu de mouvement ou de tâches à faire en position assise : le trajet pour se rendre au travail et revenir à la maison, travailler au bureau, voyager en avion… Pas surprenant qu’il soit si difficile de mettre de côté des minutes précieuses pour faire de l’exercice.

Nous avons donc posé la question suivante au personnel de l’IOC : « Comment gardez-vous votre cerveau en bonne forme? »

Carla Arasanz, chef d’équipe, transfert du savoir

J’aime marcher. La marche m’aide à retrouver mes esprits et me donne la dose d’énergie dont j’ai besoin pour commencer ma journée. J’aime les petits plaisirs simples. Une petite promenade ensoleillée de 10 minutes peut donc être le point saillant de toute ma journée. Le week-end, j’aime le cyclisme, le patin à roues alignées et le jogging avec des amis. Toutes ces activités sont parfaites pour l’été, alors je garde le soccer à l’intérieur pour l’automne et l’hiver !

Alison Fenney, premier chef de programme, relations dans l’industrie

Pour garder la forme, je pratique le yoga le matin et je marche aussi souvent que possible. Les jours de semaine, je réalise une moyenne d’environ 6 km par jour; le week-end, environ 10 km par jour. Toutes ces promenades sont attribuables en partie à mon berger de chasse « Scout » qui a toujours le museau à l’affût de nouvelles odeurs… Le même trajet deux fois de suite ne lui plaît jamais.

Keith Pinder, secrétaire au conseil d’administration

L’attention à la santé est TRÈS importante pour moi, à cause de mon âge. C’est une combinaison de choses qui m’a aidé à préserver la mienne jusqu’ici. Alimentation : ma femme et moi tentons de bien manger, d’éviter les aliments à haute teneur en gras, en sucre, et les aliments hautement transformés. Beaucoup de légumes et de fruits, moins de protéines et de glucides. Mais il est très difficile de résister à un bon pain… Je continue de travailler à temps partiel et je suis entouré de collègues brillants à l’IOC – un organisme en démarrage, au rythme effréné. Je suis constamment mis au défi d’essayer de nouvelles choses et de faire les choses différemment. Une partie de mon navettage au travail se fait à pied – pour un total d’environ une heure par jour. Pour moi, il est plus facile d’intégrer cet exercice dans mes allers et retours, que je dois faire de toute façon. L’été, j’aime le vélo de route ou de montagne dans la région de la moraine d’Oak Ridges. Je tente de faire au moins 50 km par semaine en vélo, et plus encore si je me prépare à faire une excursion de cyclisme. L’hiver, si les conditions de la neige me le permettent (ce qui arrive de moins en moins), je pratique le ski de fond chaque semaine. Mon passe-temps, que mon épouse appellerait plutôt une obsession, c’est de travailler le bois. J’adore trouver de nouvelles techniques d’ébénisterie et j’adore créer de nouvelles choses. Tout cela me garde l’esprit bien alerte. Mais je cherche encore une technique pour bien me souvenir des termes de tout ce que j’apprends !

Lucas Ng, chef de programme, relations dans l’industrie

Si, il y a quelques années, vous m’aviez demandé ce que je faisais pour garder mon cerveau en forme, je n’aurais pas pu vous dire grand-chose… Je vous aurais probablement dit que je faisais de petites choses, ici et là, mais, pour tout dire, je ne faisais pratiquement rien. Ce n’est que récemment que j’ai réalisé que garder mon cerveau en forme était plus qu’une ligne de plus dans ma liste de choses à faire, mais qu’il s’agissait bel et bien d’un style de vie. Que ce soit de courir un kilomètre de plus au gym, d’apprendre une nouvelle langue ou de pratiquer un instrument de musique, je tente de faire un peu de tout et j’intègre ces activités dans mon horaire. Plus important encore, je fais en sorte que mon cerveau demeure intéressé et qu’il soit mis au défi, chaque jour.

Jacob Morgan, stagiaire, diffusion

Je vis en musique depuis un tout jeune âge, et j’aime donc l’utiliser pour activer et rehausser mes fonctions cérébrales. Plus que du « bonbon auditif », l’expérience musicale immerge le cerveau et implique diverses facettes : coordination motrice fine, contrôle d’exécution, mémorisation, reconnaissance des motifs, qui ne sont que quelques exemples de la myriade d’autres tâches mentales que la musique exige de nous. C’est comme de l’acrobatie neurologique ! La prestation de la musique est une activité très sociale qui exige une compréhension des idées et plans des autres. En fait, de plus en plus porte à croire que la musique comporte un lien intrinsèque avec la communication, le langage, et la culture humaine. Nous sommes, possiblement, des êtres profondément musicaux ! Mais avant tout, la musique est pour moi une façon très satisfaisante de soulager mon stress, de favoriser mon estime de soi et d’explorer ma créativité… toutes des façons de garder mon cerveau en bonne forme.

Clara Chang, chef de programme, programmes de recherche

J’aime tous les sports de raquette ! Je joue au badminton depuis ma jeunesse, et, ces jours-ci, j’en joue deux fois par semaine – et j’adorerais commencer le squash. Mon cerveau adore le sommeil. Je tente donc de dormir de sept à huit heures par nuit. J’aime aussi les jeux de société, et bien sûr les mots croisés du numéro du dimanche du New York Times.

Retourner au bulletin

Commentaires