NeuroTech Ontario franchit d’importants jalons

Un bon départ, ancré dans la force. Les neurosciences, en Ontario, sont marquées par l’excellence de la recherche, qui, à son tour, est la fondation essentielle pour la création d’une grappe de neurotechnologies. NeuroTech Ontario est l’engagement collectif de l’industrie ontarienne des neurotechnologies, en pleine croissance, pour faire avancer la recherche en matière de cerveau afin d’améliorer la santé publique et la compréhension par le public, ainsi que pour stimuler la croissance économique.

Le 10 février 2014, l’IOC a présenté un événement spécial au YMCA Central de Toronto pour célébrer la croissance de NeuroTech Ontario. L’un des succès marquants de NeuroTech Ontario est son partenariat avec l’Agence de développement économique pour le Sud de l’Ontario (FedDev Ontario) du gouvernement du Canada.
Le programme FedDev Ontario sert de catalyseur pour de nouvelles collaborations des secteurs public et privé. Jusqu’ici, ce partenariat a approuvé près de 11 millions de dollars en financement du fédéral pour 14 projets impliquant 12 instituts de recherche, et a attiré plus de 11 millions de dollars en financement correspondant de la part de 16 partenaires du secteur privé, dont cinq sociétés internationales. Ces efforts ont jusqu’ici mené à trois lancements de produits, un développement économique important, et la création d’un bon nombre de nouvelles neurotechnologies révolutionnaires, dont plusieurs ont été présentées dans le cadre de l’événement.

Les personnes impliquées dans l’industrie florissante des neurotechnologies en Ontario se sont rassemblées au YMCA Central pour tisser des liens et voir un aperçu des nouvelles technologies de pointe en phase de développement. Parmi les divers projets de NeuroTech Ontario, on pouvait aussi voir les progrès réalisés par les groupes d’entrepreneurs IOC actuels et anciens. Le programme d’entrepreneurs d’une année fournit financement et formation aux diplômés récents afin qu’ils puissent se consacrer à des activités de commercialisation liées aux neurosciences. Leurs réalisations, jusqu’ici, sont fort impressionnantes. En quelques années seulement, ces jeunes scientifiques se sont intégrés en douceur au monde des affaires et plusieurs d’entre eux s’apprêtent à lancer de nouvelles technologies dans le marché. L’événement a constitué une belle occasion d’en apprendre davantage au sujet des nouvelles technologies établies en Ontario. Les personnes présentes, représentant les secteurs du gouvernement, de l’industrie, de l’éducation et du domaine sans but lucratif, ont profité de l’occasion pour discuter avec ces réalisateurs pleins de promesses. On a ressenti une impression d’enthousiasme dans la pièce lorsqu’on a réalisé que ces technologies émergentes poussaient vraiment les frontières de l’innovation. En voici quelques points saillants :

Les connaissances tirées du « Big Data » pourraient-elles nous aider à faire des essais virtuels des médicaments? Les réalisateurs de logiciels spécialisés de Chematria ont créé un outil qui aidera les sociétés pharmaceutiques à déceler les molécules pouvant former des médicaments efficaces. L’utilisation de ce type de technologie permettra de lancer les médicaments dans le marché plus rapidement, tout en réduisant dans une mesure notable leurs coûts de développement.

La technologie de la réalité virtuelle est également utilisée d’autres façons — des représentants deKINARM étaient sur place pour expliquer comment leur technologie peut s’utiliser pour évaluer les traumatismes cérébraux. L’outil KINARM™ est composé de deux robots qui font simultanément le suivi des mouvements des bras d’une personne à qui l’on a donné une série de tâches à accomplir sur l’écran d’un ordinateur. Les chercheurs peuvent analyser différents types de paramètres au fil du temps pour déceler les infimes changements des aptitudes sensorielles, motrices et cognitives, ce qui leur permet de créer des traitements et plans de réadaptation plus personnalisés pour les patients.

Un autre outil tout aussi fascinant, de Sense Intelligent, pourrait bientôt aider les personnes malentendantes à vivre l’expérience du son par l’entremise de la vue. Comme l’explique Brian Hu, entrepreneur de l’IOC : « Nous croyons que cet outil sera plus efficace que le langage des signes et que la technologie de reconnaissance de la voix. Notre solution d’aide aux malentendants montre aux gens comment interpréter non seulement la parole, mais également la musique et les bruits ambiants. La solution n’est absolument pas invasive et coûte bien moins qu’un implant cochléaire. »

Afin de contourner les coûts additionnels et l’inconfort des tests d’une nuit à l’hôpital, les réalisateurs d’ApneaDx Inc. ont créé un outil de diagnostic à domicile de l’apnée du sommeil. L’apnée du sommeil est caractérisée par des pauses anormales de la respiration ou des survenances de respiration anormalement basse pendant le sommeil, qui causent une grande fatigue et d’autres symptômes. Il est estimé que plus d’un milliard de personnes à l’échelle mondiale souffrent d’apnée du sommeil. Beaucoup ne sont jamais diagnostiquées. Les visites aux cliniques de sommeil coûtent cher, et les outils actuels de diagnostic à domicile sont encombrants et exigent quand même d’être mis en place par un technicien. Cette solution, par contre, est légère, sans cordon, et permet aux gens de bien évaluer leur sommeil afin que les médecins puissent mieux faire leur diagnostic.

Les représentants de l’IOC ont aussi eu l’occasion de présenter une démonstration de la carte des ressources en neurosciences, un outil de grappe virtuelle classant plus de 800 chercheurs, 150 entreprises liées aux neurosciences et plus de 100 institutions impliquées dans les secteurs des neurosciences en Ontario. L’IOC a aussi présenté un autre outil important pour les chercheurs et innovateurs – Brain-CODE. Cette puissante plate-forme de données et d’analyse est mise au point pour mener la collaboration en matière de recherche à un tout nouveau sommet, pour élargir la portée des possibilités d’avancement des nouvelles technologies innovantes, et pour faire de la grappe ontarienne des neurosciences un joueur vraiment compétitif sur la scène mondiale.

L’événement a été couronné par un communiqué spécial de la part de Thriver. Thriver™ est une plate-forme d’apprentissage en ligne visant le développement cognitif des enfants, élaborée en partenariat avec l’University of Windsor. En plus de lancer le produit Thriver™, l’entreprise a aussi récemment créé trois partenariats importants : la YMCA Academy, Scholar’s Choice, et Beyond the Classroom Ltd. Chacun de ces partenaires se réjouit de pouvoir utiliser Thriver™ pour mieux desservir les enfants, parents et éducateurs. Ceci est un jalon important pour le programme FedDev Ontario-IOC, et un succès remarquable pour l’industrie des neurotechnologies en Ontario.
Chaque entreprise présente est vouée à réaliser des technologies uniques en leur genre. Mais ensemble, elles visent toutes à élaborer des produits et services visant à améliorer les soins aux Ontariens et au monde entier.

Retourner au bulletin

Commentaires